#FollowLexpert – Comment internationaliser son business?

Retrouvez ici  l’intégralité de l’émission ! 

 

Il y a des entreprises, des produits ou des services, qui sont naturellement destinés à adresser le marché mondial. C’est le cas de nos deux témoins aujourd’hui.

Julie Leleu, fondatrice de CatsPad tout d’abord. L’entreprise est spécialisée dans la conception et la commercialisation d’objets connectés pour animaux de compagnie. Leur mission : aider les propriétaires de chats en les assistant au quotidien et en les rassurant sur le bien-être de leur petit protégé, même lorsqu’ils sont absents. Leur invention : Catspad, le distributeur d’eau et de croquettes intelligent et connecté.

 

Puis Bastien Valensi, fondateur de Cabaïa. Le concept est simple et fun : commencer par choisir un modèle de bonnet (court, long, épais, fin, unis, coloré…) et ensuite choisir 3 pompons de votre choix (couleur et matière au choix). Un système de clips aimanté sur la base du bonnet permet de remplacer à votre convenance le pompon. Forte de son succès, l’entreprise ne s’est pas arrêtée là, et propose maintenant d’autres types de produits comme des chaussettes originales, des serviettes de plages colorées ou encore des sacs à dos modernes.

 

 

Think global, le grand mot Ça fait rêver les jeunes entrepreneurs, mais il ne faut pas se leurrer, cela génere des questions supplémentaires et pas des moindres, quel que soit le sens des échanges, import ou export.

A commencer par des délais de fabrication et de transport qui exige un BFR très important, une gestion du prévisionnel de production particulièrement fine. Et cela se complique encore quand vous avez, comme c’est le cas de nos amis de Catspad un produit qui nécessite une forte R&D. Le temps de mise sur le marché est long et les besoins en financement en amont du lancement sont importants. Sur quels pays s’implanter ? Ou chercher des financements ? Y a-t-il un lien de cause à effet ?

Et cette question du financement est omniprésente car pour s’implanter sur un nouveau marché il ne suffit pas de décréter qu’il y a un potentiel, il faut le connaitre. La question de l’amorçage est là aussi très complexe. Un distributeur pourrait faire le travail de développement, mais aura-t-il la même persévérance qu’un fondateur pour décrocher les premiers contrats ? Impossible à faire à distance, mais il faut être en capacité d’investir sur la durée avant de rentabiliser avec le chiffre d’affaires généré.

 

Vendre à l’international, commence bien sûr par savoir parler au moins anglais, mais aussi pouvoir répondre aux questions des clients, des fournisseurs, des administrations… sur un temps très élargi, voire, 24/24 quand on produit en Chine et que l’on vend en Amérique, comme c’est le cas pour Cabaïa ! Cela ne s’improvise pas, là non plus. Toute une organisation à mettre en place et des profils multiculturels à recruter très en amont pour qu’ils connaissent aussi bien votre marque que leur pays d’origine.

Une fois que c’est fait, vous avez conquis nos voisins Européens ou nos cousins canadiens, une fois la victoire célébrée il s’agit de se plonger dans les cadres réglementaires, fiscaux, juridiques et les règles peuvent être très différentes que l’on vende en BtoB ou en BtoC, à l’intérieur de l’Europe ou dans d’autres continents !

Pour trouver toutes les réponses à vos questions, n’hésitez pas à revoir l’émission #Followlexpert – Comment internationaliser son business?

Retrouvez ici  l’intégralité de l’émission ! 

Bienvenue au Moovjee !

Infos, bons plans, invitations ... toute l'actualité de la Moovjee Family dans votre boîte email ! 

Devenez Mentor !

Vous êtes un entrepreneur expérimenté ?

Vous souhaitez vous engager auprès des jeunes entrepreneurs ?

Alors devenez Mentor et rejoignez la Moovjee Family !

Deviens Mentoré !

Si tu as entre 18 et 30 ans et que tu souhaites être accompagné par un entrepreneur expérimenté, alors n'oublies pas de candidater et rejoins la Moovjee Family !